Archives par mot-clé : Égypte ancienne

NeHeT 3 – Décembre 2015 – « Entre Nil et mers. La navigation en Égypte ancienne »

NeHeT-3-Couverture 2

Actes des Rencontres de Provence Égyptologie

Musée Départemental Arles Antique, le 12 avril 2014

Sommaire

Bruno ARGÉMI Avant-propos
Patrice POMEY Navires et construction navale en Égypte ancienne
Pierre TALLET Les « ports intermittents » de la mer Rouge à l’époque pharaonique : caractéristiques et chronologie
Marguerite YON et Caroline SAUVAGE La navigation en Méditerranée orientale à l’Âge du Bronze Récent
Pascal ARNAUD Navires et navigation commerciale sur le mer et sur le « Grand fleuve » à l’époque des Ptolémées
Claire SOMAGLINO La navigation sur le Nil. Quelques réflexions autour de l’ouvrage de J.P. Cooper, The Medieval Nile. Route, Navigation, and Landscape in Islamic Egypt, Le Caire-New York, 2014

 

 

COLLOQUE « Les céréales dans le monde antique. Cultiver, Stocker, Transformer et Redistribuer »

Affiche Colloque

Date : 5 et 6 novembre 2015

Lieu : Maison de la Recherche (28, rue Serpente 75006 Paris), salle D035

Organisation : Pierre Tallet et Adeline Bats (Université Paris-Sorbonne – Paris IV)

Le rôle fondamental des céréales dans les sociétés antiques n’est plus à démontrer. Longtemps influencées par l’iconographie léguée par ces civilisations, les études se sont surtout focalisées sur les étapes de la mise en culture des champs ou de la fabrication du pain et de la bière. Cependant, rares ont été les travaux mêlant les différentes sources disponibles permettant de proposer des synthèses sur l’impact des céréales dans les économies antiques. C’est donc avec une approche comparative et transversale que ce colloque propose d’étudier la question des rôle politique et économique des cultures céréalières dans le monde méditerranéen ancien.

 

JEUDI 5 NOVEMBRE 2015

I. LES POLITIQUES AGRICOLES
9h00 – 9h30 Accueil
9h30 – 10h00 Juan Carlos Moreno Garcia (CNRS) « Céréales et cultures alternatives en Égypte pharaonique »
10h00 – 10h30 Hussein Medina (Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne) « Les activités agricoles et les relations commerciales entre l’Égypte et une zone périphérique. Étude préliminaire des restes archéobotaniques de l’Âge du Bronze récent à l’Âge du Fer (Tell Quiela, Hébron et Cisjordanie) »
10h30 – 11h00 Pause-café
11h00 – 11h30 Charlène Bouchaud (CNRS – MNHN) « Productions céréalières au Moyen-Orient (Égypte, Nubie, Levant, Arabie), Ier millénaire avant J.-C. – Ier millénaire après J.-C. : apport de l’archéobotanique et approche comparative »
11h30 – 12h00 Francis Joannès (Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne) « Céréales et divination en Babylonie au Ier millénaire »
12h00 – 12h30 Discussions
II. LES DISPOSITIFS DE STOCKAGE
14h00 – 14h30 Julie Masquelier-Loorius (CNRS) « Les greniers au Nouvel Empire (v. 1500 – 1100 avant notre ère) »
14h30 – 15h00 Guillaume Huitorel (Université Paris Ouest – La Défense) « Stocker les céréales dans les établissements ruraux du nord de la Gaule à l’époque romaine. Greniers et granges à l’épreuve de l’archéologie »
15h00 – 15h30 Séverine Marchi (CNRS) « Entre arrière-pays et capitale, l’approvisionnement et le stockage des céréales dans le Royaume de Kerma (Soudan) »
15h30 – 16h00 Pause-café
16h00 – 16h30 Julien Zurbach (ENS) « Le stockage des céréales en Grèce à l’époque archaïque »
16h30- 17h00 Leslie A. Warden (Roanoke College) « Grain, the pottery of production, and silos: a complex economic relationship »
17h00 – 18h00 Discussions

VENDREDI 6 NOVEMBRE 2015

III. PAIEMENT DES SALAIRES ET MODES DE CONSOMMATION
9h00 – 9h30 Nicolas Monteix (Institut universitaire de France) « L’évolution des formes de consommation de céréales au prisme des boulangeries pompéiennes »
9h30 – 10h00 Antoine Pietrobelli (Université de Reims Champagne-Ardenne) « La ptisane des Grecs : transformation des céréales et représentations physiologiques »
10h00 – 10h30 Teodozja Rzeuska(Polish Academy of Sciences) « Daily Bread in Elephantine during the Middle Kingdom »
10h30 – 11h00 Pause-café
11h00 – 11h30 Florence Bourbon (Université Paris-Sorbonne – ESPE) « Orge et blé – farine et son – dans les remèdes de la Collection hippocratique« 
11h30 – 12h00 Xavier Faivre(CNRS) « Les céréales dans l’Orient ancien : accumulation, transformation, consommation »
12h00 – 12h30 Discussions
IV. CIRCUITS DE REDISTRIBUTION
14h00 – 14h30 Aurore Ciavatti (Université Paris-Sorbonne – Paris IV) « L’économie céréalière des temples royaux à la Ve dynastie »
14h30 – 15h00 Pierre Tallet (Université Paris-Sorbonne – Paris IV) « Du pain et des céréales : l’approvisionnement des équipes royales sous le règne de Chéops selon les papyrus du Ouadi el-Jarf »
15h00 – 15h30 Pause-café
15h30 – 16h00 Adeline Bats (Université Paris-Sorbonne – Paris IV) « Le transport fluvial du grain en Égypte ancienne »
16h00 – 16h30 Damien Agut-Labordère (CNRS)Michel Chauveau (EPHE) « Prélèvement et redistribution du blé et de l’orge par le temple d’Osiris – jw à El-Manawir (450 avant J.-C. – 370 avant J.-C.) »
16h30 – 17h30 Discussions

 

Pourquoi CAPÉA ?

 

 

Les origines du projet

Depuis le début des recherches dans la discipline, les égyptologues se sont intéressés aux études prosopographiques, simplement par la nécessité de comprendre et d’interpréter les documents égyptiens, qu’ils soient écrits en hiéroglyphes, en hiératique, ou encore en démotique. En effet, sur de nombreux documents, autant dans les écrits officiels que sur les textes privés, nombres de titres, de titulatures et autres informations liées aux carrières des personnages cités sont présents et des études menées sur différents groupes sociaux ou professionnels ont rapidement été proposées.

Ces recherches traditionnelles ont abouti à plusieurs séries de questions relatives aux analyses proprement dites. La première question est en relation directe évidemment avec les titres portés par les hauts dignitaires et la difficulté permanente de s’accorder sur la meilleure traduction possible. Par exemple, un terme comme  ḥȝty-ʿ est traduit parfois par « comte » ou « prince » (A. Erman & H. Grapow, Wörterbuch der ägyptische Sprache), parfois par « gouverneur » (D. Meeks, Année Lexicographique) donnant à cette traduction une fonction déjà bien spécifique, ou encore par « noble prince » (Cl. Obsomer, Sésostris Ier) en association avec le titre jry-pʿt. Ce simple titre honorifique – ou titre de rang -, très commun dans les titulatures des hauts dignitaires de l’État pharaonique, montre toute la difficulté de traduire et d’interpréter un titre, et de passer de l’écriture hiéroglyphique à une translittération, et ensuite à une traduction moderne.

Une seconde question découle aussi directement des premières études menées dans le domaine de la recherche prosopographique. Elle concerne la difficulté de passer d’une langue moderne à une autre et ainsi de proposer des traductions cohérentes des titres et titulatures rencontrés sur les documents. Comment traduire – de manière à se faire comprendre de tous – un titre en anglais, en allemand, en italien, en français, etc. La nécessité d’établir des conventions, au moins dans notre cas en langue française, et de proposer des corrélations claires entre les différentes traductions de titres dans chaque grande langue internationale semble essentielle pour mener à bien ce type d’étude. Par exemple, le titre jmy-rȝ est généralement traduit en anglais par « overseer » qui, en français, donne « contremaître, surveillant, contrôleur » selon les dictionnaires. Par contre, dans la langue française, nous avons tendance à traduire jmy-rȝ par « directeur », traduction qui confère automatiquement au fonctionnaire qui le porte un statut social plus élevé que celui de simple « contremaître » ou « surveillant ». En résumé, la recherche de conventions internationales dans les traductions poserait les bases pour le développement des études hiérarchiques de titres à l’intérieur d’une institution.

L’intérêt pour les études prosopographiques n’est évidemment pas nouveau dans la discipline et il est certain que, ces dernières années, cet intérêt s’est particulièrement accru et que les publications se sont multipliées. Les différents types d’études disponibles à ce jour apparaissent sous forme de monographies ou articles publiés dans les revues scientifiques spécialisées dans le domaine égyptologique. Ces informations actuellement mises à notre disposition révèlent surtout toute la complexité des choix à définir entre une présentation par titre (civil, religieux, cultuel, etc.), une analyse par personnage, ou encore une recherche par institution administrative ou religieuse.

Le programme CAPÉA « Corpus et Analyses Prosopographiques en Égypte Ancienne »

C’est à partir de cette série d’observations sur les titres et de constatations sur la bibliographie existante que l’idée de développer un programme de recherche spécifique – et surtout informatisé – dédié aux études prosopographiques a été élaboré au Centre de Recherches Égyptologiques de la Sorbonne. Le programme CAPÉA s’appuie sur une série d’études initiées au sein du laboratoire, études menées notamment par des étudiants en Master et Doctorat, mais aussi sur des recherches toujours en cours ou encore finalisées et publiées. Un thésaurus des titres civils, religieux, administratifs, honorifiques, cultuels portés par les hommes et les femmes ayant composé la société en Égypte ancienne a été élaboré et est toujours en cours d’amélioration. Ce thésaurus a été développé dans le cadre d’une base de données qui comprend, dans sa version actuelle, tout un ensemble de rubriques destinées à contenir les informations utiles à la (re)constitution d’une carrière professionnelle dans l’Égypte du IIe millénaire avant notre ère : titres et noms des personnages en hiéroglyphes et en translittération, liste des propositions de traductions existantes, propositions de datation, indications généalogiques, références documentaires et bibliographiques, commentaires sur les analyses en cours, etc.

Deux directions sont d’ors et déjà envisagées pour développer la base de données CAPÉA. La première direction est chronologique. Pour des raisons pratiques, la base est actuellement limitée au Moyen Empire égyptien, soit à une période d’environ trois siècles (2000-1700 avant J.-C.). La base devra donc, à plus ou moins long terme, « s’ouvrir » chronologiquement et intégrer les données émanant des autres grandes périodes de l’histoire de l’Égypte. Le seconde direction est institutionnelle. La constitution d’un réservoir exhaustif de titres, titulatures, épithètes, noms de fonctionnaires et autres acteurs de l’administration égyptienne, a pour premier objectif de recomposer une vie administrative, économique et religieuse et, pour se faire, de distinguer des carrières professionnelles, de définir des modalités de promotion au sein d’un groupe social, d’élaborer des hiérarchies dans les titres. Nous savons que l’administration égyptienne se fond dans un ensemble d’institutions civiles et religieuses et les études prosopographiques sont véritablement destinées à nous révéler le fonctionnement de ces institutions. C’est donc dans cette optique que des analyses fines relatives aux cadres institutionnels pourront être développées.