Nouveauté

Ancient Egyptian Administration provides the first comprehensive overview of the structure, organization and evolution of the pharaonic administration from its origins to the end of the Late Period. The book not only focuses on bureaucracy, departments, and official practices but also on more informal issues like patronage, the limits in the actual exercise of authority, and the competing interests between institutions and factions within the ruling elite. Furthermore, general chapters devoted to the best-documented periods in Egyptian history are supplemented by more detailed ones dealing with specific archives, regions, and administrative problems. The volume thus produced by an international team of leading scholars will be an indispensable, up-to-date, tool of research covering a much-neglected aspect of pharaonic civilization.

Table des matières

The Study of Ancient Egyptian Administration Juan Carlos Moreno García
The Organization of a Nascent State : Egypt Until the Beginning of the Fourth Dynasty Eva-Maria Engel
The Central Administration of the Resources in the Old Kingdom: Departments, Treasures, Granaries and Work Centres Hratch Papazian
The Territorial Administration of the Kingdom in the Third Millennium Juan Carlos Moreno García
Kings, Viziers and Courtiers: Executive Power in the Third Millennium BC Miroslav Bárta
The Administration of the Funerary Royal Complexes Hana Vymazalová
Balat, a Frontier Town and its Archive Laure Pantalacci
Setting a State Anew: The Central Administration from the End of the Old Kingdom to the End of the Middle Kingdom Wolfram Grajetzki
The Royal Command (wD-nsw): A Basic Deed of Executive Power Pascal Vernus
Nomarchs and Local Potentates: The Provincial Administration in the Middle Kingdom Harco Willems
The Organisation of the Pharaonic army (Old to New Kingdom) Anthony Spalinger
Categorisation, Classification, and Social Reality: Administrative Control and Interaction with the Population Katalin Anna Kóthay
Crisis and Restructuring of the State: From the End of the Middle Kingdom to the Advent of the Ramesses J.J. Shirley
The Raising Power of the House of Amun in the New Kingdom Ben J.J. Haring
Coping with the Army: The Military and the State in the New Kingdom Andrea Gnirs
The Administration of Institutional Agriculture in the New Kingdom Sally Katary
A Bureaucratic Challenge? Archaeology and Administration in a Desert Environment (Second Millennium BCE) John Coleman Darnell
The Ramessid State Pierre Grandet
Administration of the Deserts and Oases: First Millennium BCE David Klotz
From Conquered to Conqueror: The Organization of Nubia in the New Kingdom and the Kushite Administration of Egypt Robert Morkot
The Saite Period: The Emergence of a Mediterranean Power Damien Agut-Labordère
The ‘Other’ Administration: Patronage, Factions and Informal Networks of Power in Ancient Egypt Juan Carlos Moreno García

Le « harem » royal dans l’Égypte ancienne

Marine Yoyotte, UMR 8167 « Orient et Méditerranée » ; composante : Mondes Pharaoniques

Le mot « harem »[1] renvoie immanquablement à un imaginaire orientaliste construit autour du sérail turc. Le « harem » dans l’Égypte ancienne appelle donc à une redéfinition en s’appuyant sur les attestations connues de l’Ancien Empire jusqu’aux périodes tardives. Les deux expressions qui servent à le désigner, jpt nsw et pr ḫnty, permettent tout autant d’évoquer la communauté des femmes et des enfants qui y résident, le bâtiment qui les abrite que l’institution toute entière, privilège royal.

À l’origine, le « harem » constitue des quartiers privés dans le palais du roi, puis peut au Nouvel Empire caractériser des « harems » séparés du lieu de résidence du pharaon, mais encore intégrés au complexe palatial, parallèlement à la création de « harems » en dehors du complexe palatial. Le « harem » connaît alors un essor considérable tant du point de vue architectural qu’institutionnel, sans doute en raison notamment de la mise en place de mariages diplomatiques avec les filles de souverains étrangers. C’est à cette époque, sous le règne de Thoutmosis III, qu’est bâti le « harem » de Mi-Our, situé à l’entrée sud de la dépression du Fayoum, qui regroupe les seuls vestiges conservés d’une telle structure architecturale, ainsi qu’une documentation inscrite.

Cette recherche a logiquement conduit à l’examen des habitants du « harem » ainsi qu’au personnel chargé de l’administrer. Ce dernier a fait l’objet d’une étude prosopographique exhaustive pour déterminer de quelle manière cette entité administrative était hiérarchisée, mais également dans le but de comprendre la microsociété que constituait une telle institution.

L’existence de harems « extérieurs » aboutit tout naturellement à élargir l’enquête à l’itinérance de la cour royale, en tentant de comprendre l’organisation de cette cour en déplacement – notamment en identifiant les membres de cette cour en mouvement et leurs attributions respectives –. Elle implique également une analyse des relations qui pouvaient exister alors entre la « capitale » officielle et les lieux de résidence temporaires du souverain en province, mais aussi entre différentes institutions comme le « palais du souverain » (pr nsw), la « maison de la reine » (pr ḥmt nsw) et le « harem royal » (jpt nsw et pr ḫnty). À l’instar de l’étude prosopographique sur le « harem », une enquête similaire doit être menée pour les individus qui entourent l’épouse royale et sa suite et qui permettaient à cette institution de fonctionner.

Marine Yoyotte présentera le 14 juin 2013 une communication intitulée « Le harem royal : fonctions, position dans la société de cour et évolution architecturale », dans le cadre du séminaire intitulé Approche historiographique des notions de cour et d’élites en Égypte et au Proche-Orient anciens à l’Université Lyon 2. Elle s’intéresse en outre au personnage de la reine Tiy, sur laquelle elle est en train de rédiger une monographie.

 


[1] Cette étude a été menée dans le cadre d’une thèse de doctorat intitulée « Le “harem” royal dans l’Égypte ancienne. Enquête philologique, archéologique et prosopographique » soutenue le 4 février 2012 à l’Université Paris IV – Sorbonne.

A PARAÎTRE

Adeline Bats (Paris IV-Sorbonne)

« Compter, inventorier et recenser les productions issues du milieu rural au Moyen-Empire », Égypte. Afrique et Orient 70, juin-août 2013

couv 33 imposition

Résumé : Dès les premières dynasties, des recensements ont été entrepris par le pouvoir pharaonique. Ces dénombrements concernaient différentes denrées, productions et main-d’œuvre. La documentation du Moyen-Empire signale l’existence de bureaux et de fonctionnaires responsables de ces actions. En parallèle, des opérations de grande envergure furent menées à travers le pays, sous la surveillance de hauts fonctionnaires envoyés par le roi en province, dans le but d’inventorier certaines ressources.