Archives de catégorie : Institutions égyptiennes

Le « harem » royal dans l’Égypte ancienne

Marine Yoyotte, UMR 8167 « Orient et Méditerranée » ; composante : Mondes Pharaoniques

Le mot « harem »[1] renvoie immanquablement à un imaginaire orientaliste construit autour du sérail turc. Le « harem » dans l’Égypte ancienne appelle donc à une redéfinition en s’appuyant sur les attestations connues de l’Ancien Empire jusqu’aux périodes tardives. Les deux expressions qui servent à le désigner, jpt nsw et pr ḫnty, permettent tout autant d’évoquer la communauté des femmes et des enfants qui y résident, le bâtiment qui les abrite que l’institution toute entière, privilège royal.

À l’origine, le « harem » constitue des quartiers privés dans le palais du roi, puis peut au Nouvel Empire caractériser des « harems » séparés du lieu de résidence du pharaon, mais encore intégrés au complexe palatial, parallèlement à la création de « harems » en dehors du complexe palatial. Le « harem » connaît alors un essor considérable tant du point de vue architectural qu’institutionnel, sans doute en raison notamment de la mise en place de mariages diplomatiques avec les filles de souverains étrangers. C’est à cette époque, sous le règne de Thoutmosis III, qu’est bâti le « harem » de Mi-Our, situé à l’entrée sud de la dépression du Fayoum, qui regroupe les seuls vestiges conservés d’une telle structure architecturale, ainsi qu’une documentation inscrite.

Cette recherche a logiquement conduit à l’examen des habitants du « harem » ainsi qu’au personnel chargé de l’administrer. Ce dernier a fait l’objet d’une étude prosopographique exhaustive pour déterminer de quelle manière cette entité administrative était hiérarchisée, mais également dans le but de comprendre la microsociété que constituait une telle institution.

L’existence de harems « extérieurs » aboutit tout naturellement à élargir l’enquête à l’itinérance de la cour royale, en tentant de comprendre l’organisation de cette cour en déplacement – notamment en identifiant les membres de cette cour en mouvement et leurs attributions respectives –. Elle implique également une analyse des relations qui pouvaient exister alors entre la « capitale » officielle et les lieux de résidence temporaires du souverain en province, mais aussi entre différentes institutions comme le « palais du souverain » (pr nsw), la « maison de la reine » (pr ḥmt nsw) et le « harem royal » (jpt nsw et pr ḫnty). À l’instar de l’étude prosopographique sur le « harem », une enquête similaire doit être menée pour les individus qui entourent l’épouse royale et sa suite et qui permettaient à cette institution de fonctionner.

Marine Yoyotte présentera le 14 juin 2013 une communication intitulée « Le harem royal : fonctions, position dans la société de cour et évolution architecturale », dans le cadre du séminaire intitulé Approche historiographique des notions de cour et d’élites en Égypte et au Proche-Orient anciens à l’Université Lyon 2. Elle s’intéresse en outre au personnage de la reine Tiy, sur laquelle elle est en train de rédiger une monographie.

 


[1] Cette étude a été menée dans le cadre d’une thèse de doctorat intitulée « Le “harem” royal dans l’Égypte ancienne. Enquête philologique, archéologique et prosopographique » soutenue le 4 février 2012 à l’Université Paris IV – Sorbonne.