Archives de catégorie : Billets

NeHeT – Nouvelle revue numérique d’Égyptologie

 NeHeT-Bandeau-Capea

NeHeT est une revue éditée conjointement par le Centre de Recherches Égyptologiques de la Sorbonne (Université Paris-Sorbonne – Paris IV ; équipe « Mondes Pharaoniques » de l’UMR 8167 Orient & Méditerranée) et le Centre de Recherches en Archéologie et Patrimoine de l’Université libre de Bruxelles. La revue est destinée à un lectorat constitué de chercheurs et d’érudits s’intéressant à l’histoire de l’Égypte et du Soudan, de la préhistoire à l’époque byzantine. Son format numérique, en libre accès, a été choisi afin de permettre une diffusion large et rapide des travaux égyptologiques.

La revue a deux livraisons annuelles qui peuvent être soit des recueils d’articles sur des sujets variés, soit des numéros thématiques – publications d’actes de colloques, de journées d’études ou dossiers portant sur une problématique prédéfinie.

Les éditeurs de la revue

L. Bavay, N. Favry, Cl. Somaglino et P. Tallet

Chaque article peut être téléchargé individuellement, au format PDF, sur le site de la Société Française d’Égyptologie : http://www.sfe-egyptologie.fr

Des exemplaires imprimés de la revue, au prix unitaire de 25 €, peuvent être commandés auprès du Centre de Recherches Égyptologiques de la Sorbonne (CRES). Veuillez nous contacter à l’adresse revue.nehet@gmail.com pour connaître les modalités d’achat.

NeHeT 1 (juin 2014) – Sommaire

Laurent Bavay, Nathalie Favry, Claire Somaglino, Pierre Tallet, « Editorial »

Claire Somaglino, Pierre Tallet, « Une campagne en Nubie sous la Ire dynastie. La scène nagadienne du Gebel Sheikh Suleiman comme prototype et modèle »

Camille Gandonnière, « Chasseurs et équipes de chasseurs de l’Ancien au Nouvel Empire »

Nathalie Favry, « L’hapax dans le corpus des titres du Moyen Empire »

Adeline Bats, « La loi-hp dans la pensée et la société du Moyen Empire »

Frédéric Payraudeau, « Retour sur la succession Shabaqo-Shabataqo »

Félix Relats-Montserrat, « Le signe D19, à la recherche des sens d’un déterminatif (I) : La forme d’un signe »

NeHeT 2 (septembre 2014) – Sommaire

Actes de la table-ronde Les maisons-tours en Égypte durant la Basse Époque, les périodes ptolémaïque et romaine, S. Marchi (éd.), Université Paris-Sorbonne – Paris IV, 29-30 novembre 2012

Dominique Valbelle, « Préface »

Jean-Yves Carrez-Maratray, « Les tours et maisons à tours sur la mosaïque de Palestrina »

Mélanie C. Flossmann-Schütze, « Les maisons-tours de l’association religieuse de Touna el-Gebel »

Gisèle Hadji-Minaglou, « Les maisons-tours de Tebtynis »

Manuela Lehmann, « Tower houses in Tell el-Dab’a. The late and ptolemaic period »

Marc Maillot, « The palace of Muweis in the Shendi reach : a case study »

Séverine Marchi, « Les maisons-tours et édifices sur soubassement à caissons de Tell el-Herr »

Grégory Marouard, « Maisons-tours et organisation des quartiers domestiques sur les agglomérations du Delta : l’exemple de Bouto de la Basse Époque aux premiers lagides »

Valérie Pichot, « Deux maisons-tours dans la chôra d’Alexandrie »

Neal Spencer, « Kom Firin : witnessing the transformation of the egyptian urban fabric in the 6th-5th centuries BC »

Le « harem » royal dans l’Égypte ancienne

Marine Yoyotte, UMR 8167 « Orient et Méditerranée » ; composante : Mondes Pharaoniques

Le mot « harem »[1] renvoie immanquablement à un imaginaire orientaliste construit autour du sérail turc. Le « harem » dans l’Égypte ancienne appelle donc à une redéfinition en s’appuyant sur les attestations connues de l’Ancien Empire jusqu’aux périodes tardives. Les deux expressions qui servent à le désigner, jpt nsw et pr ḫnty, permettent tout autant d’évoquer la communauté des femmes et des enfants qui y résident, le bâtiment qui les abrite que l’institution toute entière, privilège royal.

À l’origine, le « harem » constitue des quartiers privés dans le palais du roi, puis peut au Nouvel Empire caractériser des « harems » séparés du lieu de résidence du pharaon, mais encore intégrés au complexe palatial, parallèlement à la création de « harems » en dehors du complexe palatial. Le « harem » connaît alors un essor considérable tant du point de vue architectural qu’institutionnel, sans doute en raison notamment de la mise en place de mariages diplomatiques avec les filles de souverains étrangers. C’est à cette époque, sous le règne de Thoutmosis III, qu’est bâti le « harem » de Mi-Our, situé à l’entrée sud de la dépression du Fayoum, qui regroupe les seuls vestiges conservés d’une telle structure architecturale, ainsi qu’une documentation inscrite.

Cette recherche a logiquement conduit à l’examen des habitants du « harem » ainsi qu’au personnel chargé de l’administrer. Ce dernier a fait l’objet d’une étude prosopographique exhaustive pour déterminer de quelle manière cette entité administrative était hiérarchisée, mais également dans le but de comprendre la microsociété que constituait une telle institution.

L’existence de harems « extérieurs » aboutit tout naturellement à élargir l’enquête à l’itinérance de la cour royale, en tentant de comprendre l’organisation de cette cour en déplacement – notamment en identifiant les membres de cette cour en mouvement et leurs attributions respectives –. Elle implique également une analyse des relations qui pouvaient exister alors entre la « capitale » officielle et les lieux de résidence temporaires du souverain en province, mais aussi entre différentes institutions comme le « palais du souverain » (pr nsw), la « maison de la reine » (pr ḥmt nsw) et le « harem royal » (jpt nsw et pr ḫnty). À l’instar de l’étude prosopographique sur le « harem », une enquête similaire doit être menée pour les individus qui entourent l’épouse royale et sa suite et qui permettaient à cette institution de fonctionner.

Marine Yoyotte présentera le 14 juin 2013 une communication intitulée « Le harem royal : fonctions, position dans la société de cour et évolution architecturale », dans le cadre du séminaire intitulé Approche historiographique des notions de cour et d’élites en Égypte et au Proche-Orient anciens à l’Université Lyon 2. Elle s’intéresse en outre au personnage de la reine Tiy, sur laquelle elle est en train de rédiger une monographie.

 


[1] Cette étude a été menée dans le cadre d’une thèse de doctorat intitulée « Le “harem” royal dans l’Égypte ancienne. Enquête philologique, archéologique et prosopographique » soutenue le 4 février 2012 à l’Université Paris IV – Sorbonne.

Mise à jour de la liste des titres disponibles

À ce jour, 11 nouveaux titres ont été ajoutés à la liste des titres proposés et étudiés dans le programme CAPÉA. Ces ajouts portent le nombre de titres listés (essentiellement pour le Moyen Empire et le début de la Deuxième Période Intermédiaire) à 179.

jmy-r st n šnʿ ʿȝ [171]

jmy-r gs [172]

jry ʿḏ [176]

wʿb n Jmn [173]

wr mdw Šmʿw [168]

wḥmw n ṯȝty [169]

nty m srt [179]

ḥry n ȝḫt [170]

sš mḏȝt [175]

sš n ṯȝty [177]

ṯȝw n sš n ṯȝty [178]

Pourquoi CAPÉA ?

 

 

Les origines du projet

Depuis le début des recherches dans la discipline, les égyptologues se sont intéressés aux études prosopographiques, simplement par la nécessité de comprendre et d’interpréter les documents égyptiens, qu’ils soient écrits en hiéroglyphes, en hiératique, ou encore en démotique. En effet, sur de nombreux documents, autant dans les écrits officiels que sur les textes privés, nombres de titres, de titulatures et autres informations liées aux carrières des personnages cités sont présents et des études menées sur différents groupes sociaux ou professionnels ont rapidement été proposées.

Ces recherches traditionnelles ont abouti à plusieurs séries de questions relatives aux analyses proprement dites. La première question est en relation directe évidemment avec les titres portés par les hauts dignitaires et la difficulté permanente de s’accorder sur la meilleure traduction possible. Par exemple, un terme comme  ḥȝty-ʿ est traduit parfois par « comte » ou « prince » (A. Erman & H. Grapow, Wörterbuch der ägyptische Sprache), parfois par « gouverneur » (D. Meeks, Année Lexicographique) donnant à cette traduction une fonction déjà bien spécifique, ou encore par « noble prince » (Cl. Obsomer, Sésostris Ier) en association avec le titre jry-pʿt. Ce simple titre honorifique – ou titre de rang -, très commun dans les titulatures des hauts dignitaires de l’État pharaonique, montre toute la difficulté de traduire et d’interpréter un titre, et de passer de l’écriture hiéroglyphique à une translittération, et ensuite à une traduction moderne.

Une seconde question découle aussi directement des premières études menées dans le domaine de la recherche prosopographique. Elle concerne la difficulté de passer d’une langue moderne à une autre et ainsi de proposer des traductions cohérentes des titres et titulatures rencontrés sur les documents. Comment traduire – de manière à se faire comprendre de tous – un titre en anglais, en allemand, en italien, en français, etc. La nécessité d’établir des conventions, au moins dans notre cas en langue française, et de proposer des corrélations claires entre les différentes traductions de titres dans chaque grande langue internationale semble essentielle pour mener à bien ce type d’étude. Par exemple, le titre jmy-rȝ est généralement traduit en anglais par « overseer » qui, en français, donne « contremaître, surveillant, contrôleur » selon les dictionnaires. Par contre, dans la langue française, nous avons tendance à traduire jmy-rȝ par « directeur », traduction qui confère automatiquement au fonctionnaire qui le porte un statut social plus élevé que celui de simple « contremaître » ou « surveillant ». En résumé, la recherche de conventions internationales dans les traductions poserait les bases pour le développement des études hiérarchiques de titres à l’intérieur d’une institution.

L’intérêt pour les études prosopographiques n’est évidemment pas nouveau dans la discipline et il est certain que, ces dernières années, cet intérêt s’est particulièrement accru et que les publications se sont multipliées. Les différents types d’études disponibles à ce jour apparaissent sous forme de monographies ou articles publiés dans les revues scientifiques spécialisées dans le domaine égyptologique. Ces informations actuellement mises à notre disposition révèlent surtout toute la complexité des choix à définir entre une présentation par titre (civil, religieux, cultuel, etc.), une analyse par personnage, ou encore une recherche par institution administrative ou religieuse.

Le programme CAPÉA « Corpus et Analyses Prosopographiques en Égypte Ancienne »

C’est à partir de cette série d’observations sur les titres et de constatations sur la bibliographie existante que l’idée de développer un programme de recherche spécifique – et surtout informatisé – dédié aux études prosopographiques a été élaboré au Centre de Recherches Égyptologiques de la Sorbonne. Le programme CAPÉA s’appuie sur une série d’études initiées au sein du laboratoire, études menées notamment par des étudiants en Master et Doctorat, mais aussi sur des recherches toujours en cours ou encore finalisées et publiées. Un thésaurus des titres civils, religieux, administratifs, honorifiques, cultuels portés par les hommes et les femmes ayant composé la société en Égypte ancienne a été élaboré et est toujours en cours d’amélioration. Ce thésaurus a été développé dans le cadre d’une base de données qui comprend, dans sa version actuelle, tout un ensemble de rubriques destinées à contenir les informations utiles à la (re)constitution d’une carrière professionnelle dans l’Égypte du IIe millénaire avant notre ère : titres et noms des personnages en hiéroglyphes et en translittération, liste des propositions de traductions existantes, propositions de datation, indications généalogiques, références documentaires et bibliographiques, commentaires sur les analyses en cours, etc.

Deux directions sont d’ors et déjà envisagées pour développer la base de données CAPÉA. La première direction est chronologique. Pour des raisons pratiques, la base est actuellement limitée au Moyen Empire égyptien, soit à une période d’environ trois siècles (2000-1700 avant J.-C.). La base devra donc, à plus ou moins long terme, « s’ouvrir » chronologiquement et intégrer les données émanant des autres grandes périodes de l’histoire de l’Égypte. Le seconde direction est institutionnelle. La constitution d’un réservoir exhaustif de titres, titulatures, épithètes, noms de fonctionnaires et autres acteurs de l’administration égyptienne, a pour premier objectif de recomposer une vie administrative, économique et religieuse et, pour se faire, de distinguer des carrières professionnelles, de définir des modalités de promotion au sein d’un groupe social, d’élaborer des hiérarchies dans les titres. Nous savons que l’administration égyptienne se fond dans un ensemble d’institutions civiles et religieuses et les études prosopographiques sont véritablement destinées à nous révéler le fonctionnement de ces institutions. C’est donc dans cette optique que des analyses fines relatives aux cadres institutionnels pourront être développées.

 

 

CAPÉA

Le carnet CAPÉA s’inscrit dans le cadre du programme de recherche mené par le Centre de Recherches Égyptologiques de la Sorbonne (Paris IV) et l’UMR 8167 « Orient et Méditerranée » du CNRS sur la prosopographie égyptienne.
La base de données « Corpus et Analyses Prosopographiques en Égypte Ancienne » recense dorénavant plusieurs milliers de notices consacrées, d’une part, aux titres civils, religieux, administratifs, honorifiques, cultuels connus pour l’Égypte du IIe millénaire avant notre ère et, d’autre part, aux hommes et aux femmes ayant composé la société égyptienne durant cette période.
Pour se constituer, la base prosopographique s’appuie sur toute une série d’études initiées, en cours d’analyse ou encore finalisées. Son alimentation et son exploitation restent toutefois quotidiennes et nécessitent l’intégration permanente de nouvelles données, qu’elles soient inédites ou non. La base se veut accessible à toute personne intéressée par ses domaines de recherches : prosopographie, généalogie, anthroponymie, etc., et le carnet CAPÉA offre la possibilité aux chercheurs, enseignants et étudiants d’accéder à son actualité.